Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Maman Est Une Sorcière

Maman Est Une Sorcière

Blog d'une jeune Maman Sorcière, de Papa Prêcheur et de leur Ptit Loup Wicca, Craft, Maternage Proximal, Couture, Lifestyle, DIY et tout un univers


Epuisement Maternel: la prise de conscience

Publié par Maman Sorcière sur 23 Septembre 2017, 11:43am

Catégories : #Epuisement Maternel, #Notre Histoire

L'épuisement maternel est un sujet à la mode. On explique beaucoup, partout, à quel point la vie avec un (ou deux, ou plus...) bébé peut, avec ou sans boulot en plus, avec ou sans conjoint, conduire à un état de "burn-out" couplé à la dépression.

Je ne m'étendrais donc pas sur la définition de la chose, mais plus sur ma façon à moi de la voir, de m'en être rendu compte, et de m'en sortir, petit à petit.

Parce que c'est un fait: c'est mon cas. Je suis même, encore maintenant, en plein dedans. J'essaye de m'en sortir, peu à peu. Je rechute, souvent. Mais je me relève, toujours.

Cet état de conscience ne m'est pas venu du jour au lendemain, loin s'en faut. C'est un ensemble de petites choses étalées sur plusieurs semaines qui m'ont aidée à ouvrir les yeux sur mon propre ressenti.

Ca à commencé par le regard effaré de mon Sage-Femme, lors de la première visite de rééducation périnéale.

"Donc pas de problèmes d'incontinence ou de constipation?"

"Non. Enfin pas vraiment. Je ne sais pas trop en fait. Si c'est un problème de transit ou parce que je n'ai pas le temps d'aller aux toilettes."

"...de la journée?"

"Oui çà arrive."

Bim. Première claque. Vu sa tête, çà ne doit pas être normal.

"Vous savez, Maman Sorcière, même s'il pleure trois minutes, laissez le dans son transat le temps d'aller aux toilettes quand même...C'est votre santé, la."

Discussions avec les gens.

"T'as l'air crevé."

"Ben je le suis. Je dors par tranche de deux heures maximum et six heures en tout quand j'ai de la chance."

"Mais tu dormais 12h par jour avant, comment tu tiens?"

"Ben...je sais pas."

"Tu sais, chaque humain a des limites..."

Deuxième claque. Même si on ne m'offre pas de solution, même si on ne me dit pas comment dormir pour récupérer alors que Salaï, lui, refuse le concept même de sommeil, je me rends compte que oui, je dépasse mes limites. Tous les jours.

TOUS LES JOURS.

Tous les jours, je me réveille un peu plus fatiguée que la veille.

Tous les jours, je le porte en souriant et en gazouillant avec lui alors que mon dos me hurle de ne surtout pas le faire.

Tous les jours, je me penche, vingt, trente, cent fois pour lui parler, le prendre, jouer avec lui, lui chanter des chansons alors que mes lombaires craquent et que la douleur irradie du bas de mon dos jusqu'à mes mollets.

Tous les jours, la migraine persistante est plus intense, juste là, derrière mes yeux.

Tous les jours, je renonce à mettre mes lentilles parce que je suis trop fatiguée pour les supporter.

Tous les jours, j'ai envie de pleurer quand il pleure pour la douzième fois depuis son coucher.

Tous les jours, j'ai envie de partir quand, une fois bien endormi, il me reste la vaisselle, le panier à linge qui déborde, les chats qui réclament de l'attention, des travaux de couture en retard, les cartons du déménagement à avancer, l'aspirateur pas passé depuis la veille, oh il faudra penser à racheter du thon, et le Prêcheur qui voudrait bien que je sois un peu dispo pour lui, mais vu que je n'ai pas pu me laver depuis avant hier çà va être compliqué

Tous les jours, tous les jours, tous les jours, tous les jours, tous les jours, tous les jours, tous les jours, tous les jours, tous les jours, tous les jours, tous les jours, tous les jours

J'ai fini par craquer. Par appeler des amis. Par commencer à les voir, déjà, juste pour ne pas être "seule avec le bébé" tout le temps, histoire de parler à des adultes. A d'autres mamans, pour me sentir soutenue et comprise.

Attention, je ne dis pas que le Prêcheur n'est pas fatigué de ses journées ou que son travail est moins épuisant. Non.

Ce que je dis, c'est que lui, il a des coupures.Il quitte le boulot. Il me dit parfois "je vais boire un verre avec untel." Il PEUT. Moi je ne peux pas. Je suis maman h24. La nuit aussi, c'est moi qui m'en occupe.

"Tu vas devenir folle... Prends un break."

C'est quand une copine maman m'a dit çà que çà a enfin fait tilt. Que j'ai compris que ce que je vivais, ce que je m'imposais, c'était pas humain. C'était trop. C'était au delà de ce qui était supportable pour moi.

J'ai une admiration sans bornes pour les mamans et papas solos. Pour celles et ceux qui ne peuvent jamais passer le relais. Qui n'ont pas de bouffée d'air extérieur...

La prise de conscience s'est faite quand je suis ENFIN sortie, prendre un verre avec une copine. Avec le bébé, certes. Mais dehors. Comme çà m'avait manqué! Comme j'avais été enfermée, en fin de compte, à ne sortir que pour les médecins et les courses! Comme j'avais besoin de parler d'autre chose que du bébé, de mes choix de parentalité, du fait qu'il ne fait pas ses nuits et que oh, t'as l'air crevé choupette...

Maintenant que je sais, que je vis çà, quand je vois une copine maman, je ne lui dis plus jamais qu'elle a l'air crevé. Je lui demande si elle préfère que je lui passe l'aspirateur ou qu'on aille boire un diabolo. Si elle a besoin de courses ou d'une heure de sieste. Comme l'a fait mon amie avec moi. Parce que, au fond, c'est de çà dont on a besoin. Pas qu'on nous plaigne. Pas qu'on nous dise de demander si on veut quelque chose. Parce que c'est difficile d'admettre qu'on y arrive pas seul, c'est difficile de voir les autres et de croire que chacun s'en sort sans rien demander à personne, jamais. C'est faux. On a tous des moments ou on a BESOIN d'un coup de main. Et ce qui est vraiment utile, dans ces moments la, c'est de simplement....PROPOSER SON AIDE.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

fibiel76 24/09/2017 14:28

Coucou! ton article est très touchant; je viens d'accoucher (il y a 15 jours). Pour l'instant tout se passe très bien, je m'estime chanceuse mais c'est vrai qu'un bébé ça change la vie même si c'est beaucoup de bonheur c'est aussi beaucoup de fatigue... Tu as bien raison de prendre aussi du temps pour toi, de voir du monde c'est super important car il ne faut pas s'oublier en tant que femme :-) courage en tout cas bises

Maman Sorcière 26/09/2017 21:31

Coucou Fibiel, merci pour ton commentaire et félicitations!
Oh, oui, beaucoup de fatigue, aussi n'hésites pas dès que possible, à toutes les copines qui te proposent un coup de main, de demander une demie heure de garde pour faire une sieste par exemple!
Il n'y a que çà qui puisse réellement aider dans ce genre de cas.
bon courage avec ton ptit bout, même si tout ne devient pas rose du jour au lendemain, les 100 premiers jours sont vraiment les plus difficiles en terme de fatigue (pas de rythme, le temps de s'habituer...)
Bises

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents